Accueil » Loisirs » Tyrannie, un premier roman aux éditions Grasset

Tyrannie, un premier roman aux éditions Grasset

Avec son premier roman pile pour ses cinquante ans, Richard Malka propose à ses lecteurs plutôt habitués à ses nombreux scénarios de bande-dessinée, une première fiction dans la pure veine de 1984 , le fameux roman dystopique d’Orwell paru en 1949. Dans ce genre fictionnel qui prend à rebours le discours utopique, tout bonheur semble voué à l’échec et la civilisation à venir très incertaine, marquée par l’effondrement de la démocratie au profit d’un régime tyrannique, d’où le titre Tyrannie .

Comme Malka le déclare lui-même au micro d’Adèle Van Reeth dans l’émission « Livres et vous », sous couvert de roman dystopique, il voulait faire rentrer le lecteur dans une salle d’audience pour faire partager cette formidable intensité, cette vie tellement humaine qui s’y joue avec ses plaidoiries et toutes les émotions qui s’y télescopent.

L’histoire racontée est donc celle de cet avocat, Raphaël Constant qui trouvera sur sa route Oscar Rimah, individu paumé, quasiment absent de lui-même et qu’il devra défendre aux assises face au talent redoutable de l’avocat de la partie opposée, Edouard Chenon, une pointure dans le monde des juristes. Il devra tenir tête également à l’avocate générale, Edith Carbonier ainsi qu’au président de la cour, Ezéchiel.

Tout l’art de Constant sera d’éviter le pire à son client en tenant la partie ferme afin de rallier les jurés à sa cause. Car, si la partie semble si redoutable c’est bien en raison du crime imputé à Rimah qui a tué rien d’autre qu’un des collaborateurs du dictateur qui règne sur le pays, la fameuse « Aztracie », ce régime tyrannique, véritable dictature religieuse, philosophique et politique.

Par ailleurs, dans le récit, l’auteur fait surgir sur la route de son avocat, la ravissante mais mystérieuse Amalia, elle-même réfugiée de la tyrannie des « Aztrides ».

Construit sur un rythme haletant, digne d’un polar à rebondissement, ce roman d’un avocat sur le monde des prétoires, résonne comme un « avertisseur d’incendie », titre d’un chapitre de Sens Unique , ouvrage de l’écrivain Allemand Walter Benjamin publié en 1928.